La France ou se mettre une nation à dos en 2 jours

(En español más abajo)

Blablablas, on a tous vu l’actualité brûlante, on est tous au courant des avancées de la chose, entre mam’mam qui cherche à faire oublier ses vacances en Tunisie en se jetant sur l’affaire Cassez, Titine et l’annulation de l’expo, notre ministre de la Culture qui s’exprime sans s’exprimer (même si j’ai aimé l’expression de « culture prise en otage », dans laquelle j’opine toutefois que le ravisseur n’est pas le Mexique, que les choses soient bien claires) :

    « À partir du moment où ce n’est plus une affaire de culture uniquement, mais une affaire d’État, c’est à l’État de décider ce qu’il doit faire et donc au président de la République de dire ce qu’il en est. »

Bref tous au courant donc du cirque désorganisé et pour le moins maladroit de nos politicons (voire méprisant et arrogant, pour reprendre les termes de Vilma Fuentes).

On a vu passer l’entretien parents Cassez – Sarkozy.

On a vu passer la proposition issue de cet entretien de dédier cette année à Florence Cassez : proposition à première demi-vue semi-défendable s’il était avéré que Florence Cassez était innocente et victime d’une terrible erreur judiciaire, ce dont on n’est absolument pas certains. Et cela reviendrait quand même à mélanger des sujets non miscibles en principe… Bref, proposition en fait profondément provocante et méprisante envers le Mexique.

On a vu passer la réaction du gouvernement mexicain de vouloir annuler tout.

Et enfin le rattrapage de la part de l’ambassadeur mexicain en France Carlos de Icaza qui ré-ouvre les négociations d’une façon digne et fière proprement mexicaine (mexicains, je vous aime) face à l’offense ressentie – à juste titre – en précisant que l’année du Mexique en France ne pourra se faire que si elle n’est pas sous le tampon Florence Cassez.

Bien envoyé.

C’est pas comme si on en avait tous ras-le-bol de cette histoire montée en épingle qui mélange des sujets à ne pas mélanger. A ce sujet, des paroles fort intéressantes prononcées par Christian Vannest, député du Nord :

    « Tout ça ressemble à un immense gâchis car, dans le fond […] on s’aperçoit qu’on a privilégié un cas passionnel, individuel, par rapport aux relations que la France peut entretenir avec un immense pays, qu’est le Mexique, et qui ne pouvait évidemment que se sentir humilié par l’attitude que nous avons eue.
    Et deuxièmement c’est tout à fait contre-productif par rapport aux intérêts mêmes de Florence Cassez, elle-même avait dit, « surtout, n’arrêtez pas l’année du Mexique en France » […]. Moi je déplore complètement cette inversion des valeurs entre l’intérêt supérieur de la France et puis le cas, certes dramatique, mais d’une personne. »

Pour moi, il s’agit surtout d’une crise diplomatique née de beaucoup de bêtise, un véritable gâchis, terme repris à plusieurs reprises par les invités des diverses émissions écoutées aujourd’hui, dont deux franchement intéressantes :

    Rtl, On refait le monde du 15.02.11
    Quelques très bonnes réflexions de Christophe Hondelatte notamment quant à l’éventuelle déformation de l’opinion publique (en ce qui concerne les convictions sur la culpabilité ou l’innocence de Florence Cassez).

    France Inter, Intertreize du 15.02.11
    Avec entre autres invités Vilma Fuentes, journaliste et écrivain résidant en France, et Christian Vannest, député du Nord, et (à noter) membre du comité de soutien à Florence Cassez.

J’ai bien peur que cette année du Mexique en France ne commence jamais vu la tournure que prennent les choses et l’attitude française très « petit coq français ». Mais dans ces conditions, je serai prête à faire le sacrifice d’une année riche que j’attendais avec impatience. Je trouve l’offense ressentie côté mexicain tout à fait justifiée, encore faut-il connaître quelques valeurs culturelles mexicaines pour le comprendre (quoi qu’un peu de bon sens et de diplomatie suffirait sans doute…), ce qui fort malheureusement n’est pas donné à tout le monde.





—————————————————————-

Francia o cómo enojarse con una nación en dos días

Blablablas, todos estamos al tanto de la actualidad candente, entre MAM que intenta que se olviden sus vacaciones problemáticas en Túnez precipitándose en el caso Cassez, Titine y su cancelación de la exposición, nuestro ministro de la cultura que se pronuncia sin pronunciarse (aunque me gustó su expresión de “cultura tomada como rehén”, en la cual yo opino que el secuestrador no es México, para que queden claras las cosas):


    “A partir del momento en que ya no se trata más de un asunto cultural sino de un asunto de Estado, es el Estado el que debe decidir lo que debe hacer y, por lo tanto, el presidente de la república quien debe decirlo. »


Entonces estamos todos al tanto del circo desorganizado y por lo menos torpe de nuestros políticotontos (hasta trataron México con desprecio y arrogancia de acuerdo con las palabras de Vilma Fuentes).

Ya nos enteramos de la entrevista que tuvo lugar entre los padres de Florence Cassez y Sarkozy.

Ya nos enteramos de la propuesta de Sarkozy que salió de dicha entrevista que era de dedicar este año de México en Francia a Florence Cassez: una propuesta que a media-primera vista pareció semi-defendible si tuviéramos las pruebas seguras de que Florence Cassez fuera inocente y víctima de un terrible error judicial, lo que no podemos asegurar por nada. Y pues aún así hubiera sido lo mismo o sea mezclar temas que no se pueden mezclar en principio… Pues, en resumen fue una propuesta profundamente provocante y despectiva hacia México.

Ya nos enteramos de la reacción del gobierno mexicano que quiso cancelar todo.

Y por fin, vimos al embajador de México en Francia Carlos de Icaza volver a abrir las negociaciones de manera digna y orgullosa propia de los mexicanos (Mexicanos, los amo) frente a la ofensa experimentada – con razón. Precisó que el año de México en Francia podrá llevarse en el único caso de que no esté dedicado a Florence Cassez.

Bien dicho.

Ya creo que nos hartamos todos bien cabrón de esa historia puesta de relieve de manera exagerada ¿no? Tuvo como consecuencia que se mezclaron asuntos que por nada en el mundo deberían mezclarse. Al respeto, fíjense en las palabras muy interesantes de Christian Vannest, diputado del Norte de Francia, de donde viene Florence Cassez:

    “Eso se parece a un gran desastre porque en el fondo […] nos damos cuenta de que privilegiamos un caso pasional e individual antes de las relaciones que Francia puede tener con un gran país que es México, y que evidentemente sólo podía experimentar humillación por cómo nos portamos. Y segundo es absolutamente contra-productivo en cuanto a los propios intereses de Florence Cassez, ella misma había dicho “sobre todo, no cancelen el año de México en Francia” […]. Yo lamento completamente esta inversión de los valores entre el interés superior de Francia y el caso dramático, lo concedo, pero de una sola persona.”

Para mí, se trata más de una crisis diplomática creada por mucha estupidez, un verdadero desastre, como lo dijeron varias veces los invitados de unos programas de radio que escuché hoy, entre ellos unos dos enserio sí fueron interesantes.

    Rtl, On refait le monde du 15.02.11

    Unas muy buenas reacciones de Christophe Hondelatte y en particular en cuanto a la posible manipulación de la opinión pública en cuanto a la culpabilidad o la inocencia de Florence Cassez.

    France Inter, Intertreize du 15.02.11

    Con entre otros invitados, Vilma Fuentes, periodista y escritora que vive en Francia, y Christian Vannest, diputado del Norte y también (fíjense bien en esto) miembro del comité de apoyo a Florence Cassez.

    Rtl, On refait le monde del 15.02.11

    Unas muy buenas reacciones de Christophe Hondelatte y en particular en cuanto a la posible manipulación de la opinión pública en cuanto a la culpabilidad o la inocencia de Florence Cassez.

    France Inter, Intertreize del 15.05.11

    Con entre otros invitados, Vilma Fuentes, periodista y escritora que vive en Francia, y Christian Vannest, diputado del Norte y también (fíjense bien en esto) miembro del comité de apoyo a Florence Cassez.

Creo que casi ya no cabe duda de que este año de México en Francia ya no empezará más al ver como las cosas toman mal cariz y al observar esa actitud de “pequeño gallo francés” que tuvimos. Pero en esas circunstancias, estaría dispuesta a sacrificar un año rico que ya me urgía que empezara. Para mí, la ofensa experimentada del lado mexicano está toda justificada, bueno digo por lo menos para los que sí saben algo de los valores culturales mexicanos y que esto les ayude a entenderlo mejor (aunque pienso que algo de sentido común y de diplomacia seguramente serían bastante para entenderlo en principio), pero pues parece que esto no todos tienen capacidad para entenderlo.

Publicités

4 réflexions sur “La France ou se mettre une nation à dos en 2 jours

  1. Nayeli15 dit :

    Bonjour,

    Je trouve aussi déplorable que l’année de Mexico soit annulée, c’est vrai, c’est un beau gâchis pour « une » seule personne, mais il ne faut pas oublier que cette personne cela pourrait être toi, moi ou nos enfants, car malheureusement « nuestro Mexico querido » est gangrené par un pouvoir surpuissant qui traite tous ses habitants ainsi…hormis Florence Cassez, nombreux sont les citoyens et surtout les indiens (femmes et hommes) mis en prison chaque année sans aucune raison valable et relâchés quelques année plus tard sans même des excuses… soyons réalistes, voyons les preuves apportées, tout ce procès n’est que mascarade, qui a été politisée au tout début de l’affaire par le gouvernement Mexicain lui même car le cas Cassez a été monté pour montrer au peuple mexicain combien le gouvernement luttait contre les secuestros…(l’ex copain de Florence Cassez qui a lui avoué et dit qu’elle ne savait rien, n’a toujours pas été jugé…la réalité malheureusement en Mexico empire chaque jour…)
    Alors, oui, je suis triste que cette année du Mexique ne se fasse pas(mon mari étant artiste peintre cela nous peine d’autant plus) mais la France a une chose que nous n’avons plus au Mexique si nous l’avons eu un jour…les droits de l’Homme(et pas seulement sur le papier) et il est bon de voir qu’un pays entier peut se bouger pour une personne (aussi singulière soit elle)…
    Malheureusement Mexico a décidé de punir ses compatriote par fierté (mal placée selon moi)
    Espérons que tout s’arrangera pour tout le monde…
    Passe une bonne journée!

    J'aime

    • A. Malgame. dit :

      Dérives,encore et toujours.
      Nous voilà à protester contre les excès du système judiciaire mexicain. C’est donc ça l’année du Mexique? Qu’en est-il de l’art, de l’histoire,du folklore, de la gastronomie, de la culture?
      Vous trouvez bon que la France entière réagisse. Je trouve hypocrite de « réagir » seulement maintenant. Pire, cette réaction est déplacée.
      Est-ce qu’on peut revenir sur un jugement en annulant des expositions? On va améliorer le sort de Florence Cassez en boycottant des conférences? J’en doute.

      J'aime

      • Python dit :

        Nayeli,

        Bonjour et merci pour cet avis. Je respecte tout à fait ta position quant à Florence Cassez, qui est défendable quant à l’ampleur de la peine annoncée depuis le point de vue d’un citoyen français. Si je ne le partage pas tout à fait, c’est pour diverses raisons qui me sont propres, que je vais tenter d’expliquer peut-être un peu mieux.

        Ce qui me chagrine, c’est cette appropriation seulement en 2011 par le peuple français tout entier d’un dossier ouvert depuis bien longtemps et dont personne n’a réellement les tenants. On se permet d’en penser quelque chose sans même – pouvoir – connaître le fond de l’histoire.

        J’ai bien pensé que ça aurait pu être moi, ou mes enfants en effet, j’ai retourné la question sous tous les angles qui me sont donnés dans ma petite tête, et c’est exactement pourquoi je ne me permets pas de me prononcer sur sa culpabilité reconnue toutefois par décision judiciaire, tout comme je n’ai aucun argument pour clamer son innocence. En gros, pour moi, elle seule et quelques autres détiennent une vérité qu’il nous est tout à fait impossible de connaître.

        Donc, en réalité, ça n’aurait pas pu être moi ou mes enfants, pour une raison : c’est que personne ne peut garantir quoi que ce soit en ce qui concerne sa culpabilité ou non. Si elle est parfaitement innocente, ça aurait pu être moi. Sinon… non.

        Quid de tous les autres français victimes d’erreurs judiciaires isolées dans les autres pays et du non-battage médiatique à leur sujet ? L’année du Mexique était le bouc émissaire idéal pour projeter sur la place publique un dossier épineux et très compliqué qui concerne le domaine de la justice uniquement. Encore une fois, mon propos n’est pas du tout de défendre ni d’enfoncer Florence Cassez, je suis simplement gênée par autant de confusion en France, tout mélanger n’est pas du tout la solution au problème et la preuve en est aujourd’hui que ce sera d’ailleurs plutôt à ses dépends. Côté ratio, qu’est-ce qu’une année de culture, de richesse, de partage, contre 60 ans de prison…

        Pour avoir vécu au Mexique (je ne suis en France que depuis peu), j’ai pu tâter l’ambiance côté secuestros et ras-le-bol du peuple, surtout récemment, problèmes en interne (ras-le-bol secuestros – narcos confondus, références au problème Calderon actuel, milliers de victimes par an, campagne No mas sangre, etc). C’est ce qui fait que côté valeurs et sentiment d’insulte je comprends leur position sur l’année du Mexique même si elle m’attriste en tant qu’individu passionné du Mexique. Je suis la première à déplorer les dysfonctionnements de l’Etat mexicain qui m’ont été donnés à vivre, attention toutefois aux propos que l’on peut tenir sur le Mexique qui virent souvent aux raccourcis ou aux préjugés. Pour moi, ces propos n’ont simplement pas leur place comme arguments pour annuler une année d’événements culturels. Représailles hors de propos, sur le mauvais terrain de jeu. J’ai connaissance de l’histoire de la mise en scène dans le cas Florence Cassez, des zones d’ombre du dossier, des pratiques douteuses policières et judiciaires. Souvent un peu trop révoltée par l’injustice, je serai(s) la première à défendre Florence Cassez si j’avais / quand j’aurai les preuves certaines de sa parfaite innocence ; ceci en dépit de tout l’amour que je porte au Mexique, car ça n’a rien à voir. Car le véritable fond du problème (pardon si je me répète) réside pour moi dans le fait de savoir distinguer les choses, encore une fois. Et la seule injustice avérée à ce jour pour moi, c’est le fait de bafouer le Mexique. Cette confusion et cette appropriation d’un dossier judiciaire d’un individu par l’opinion publique suintent et débordent de la marmite judiciaire par tous les côtés, ne sont pas justifiées, elles sont déplacées. Pour moi, l’unique personne dans son bon droit est l’avocat de Florence Cassez. Le président, Mam, Aubry, Mitterrand n’ont pas à émettre d’avis et l’ont fait, excessivement maladroitement d’ailleurs, d’où la crispation extrême actuelle. Célébrer un peuple et sa culture, en y apposant le tampon Florence Cassez, autrement dit la mention « nous dénigrons les décisions mexicaines sans même avoir les preuves qu’elles sont mauvaises » est parfaitement provocant et insultant de mon point de vue.

        Alors effectivement, je préfère à titre personnel que cette année ne se fasse pas si elle doit se faire dans ces conditions, et je retourne au Mexique de ce pas pour en prendre ma dose, tout en partageant la déception de ceux qui attendaient fortement cette année (y compris la tienne et celle de ton mari si j’ai bien compris).

        Je sais que j’ai eu dans cet article un penchant fort pour défendre la position mexicaine de peuple insulté, j’y ai évidemment fait transpirer ma subjectivité je pense, car c’est une position et une perception que je comprends très bien et d’autant plus compte tenu de mon vécu personnel.
        En tous les cas au final oui, espérons que tout s’arrangera pour tout le monde et que tout reprenne sa juste mesure… Merci et bonne journée 

        A. Malgame,

        Voici un pseudo qui en un mot résume ce que je pense de toute l’histoire…
        L’année du Brésil et celle de la Russie n’ont pas fait de remous, pourtant, si on avait voulu fouiller côtés dysfonctionnements et excès du système judiciaire, on aurait été servis… Mais ça aurait été absolument déplacé dans le cadre de manifestations culturelles, hors de propos. Pourtant, c’est bien ce que l’on fait actuellement avec le Mexique… sans preuves.

        Hypocrite et déplacé en effet, référence à ce que j’appelle appropriation collective au-dessus… Dès lors que les grands titres éclatent, on est là. Qui est là pour militer pour les affaires dont on est sûrs qu’elles le méritent, mais qui restent à l’ombre des médias. C’est là que je ressens mon malaise.

        En ce qui concerne les manifestations, un boycott n’aurait en effet aucun impact sur des décisions de justice, mais des conséquences désastreuses en termes de culture et de diplomatie. Les événements seront a priori maintenus ou suspendus au cas par cas. Par exemple, si l’exposition Drôles d’Estampes – calaveras et caetera de Guadalupe Posada (je lamente le fait de voir son nom moins de fois que celui d’Aubry dans les articles traitant de l’annulation…) semble réellement compromise, celle des Mayas à la Pinacothèque est a priori partie pour être conservée, tout comme le festival à Rennes entre autres exemples, malgré les interrogations sur les éventuelles non livraisons des visas des artistes mexicains invités… Interviews d’Eric Gouzannet, organisateur, à lire et écouter. http://www.rennes.lemensuel.com/actualite/article/2011/02/15/affaire-cassez-pas-dannulation-de-travelling-mexico-en-vue-8087.html

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s