Pussycats

Mimile, Moumouk et Mrs Crowley ne sont pas que trois grosses larves adorées qui passent leur vie à manger, dormir et faire des conneries.
Aujourd’hui, ils ont enfilé la cagoule pour la bonne cause…

LES PUSSY RIOT.

Depuis le mois de février que ça recraint grave pour elles, j’en ai beaucoup entendu parler ici, communauté punk mexicaine solidaire oblige. Je suis contente que le mouvement Free Pussy Riot ait pris une telle ampleur plus récemment, notamment à cause de leur farce de procès, dont je déplore le verdict, une vraie chasse aux sorcières d’il y a plusieurs siècles. Garry Kasparov aussi risque gros : ce nom vous dit bien quelque chose, c’est l’ancien champion du monde d’échecs.

Quelques articles pas mal du Monde :

Et ça continue dans le triste ridicule…

Et puis j’ai retrouvé leur super interview qui date de début mars, je l’ai lue en espagnol, la traduction n’est pas top, mais c’est en français (source Indymedia).

Interview par Vice.com, quelques jours avant l’arrestation le 4 mars de deux des membres de PUSSY RIOT.

VICE : Qu’est ce qui vous a inspiré pour commencer PUSSY RIOT ?

KOT : Pussy Riot est né d’une action fin septembre 2011, juste après l’annonce de Poutine comme quoi il planifiait de retrouver sa place présidentielle et de gérer d’une main de fer la Russie pour au moins 12 ans de plus.

SERAFIMA : Exact et à ce moment nous avons réalisé que ce pays avait besoin d’un groupe militant, punk féministe et de rue qui apparaîtrait dans les rues et les places de Moscou, qui mobiliserait l’énergie publique contre le royaume criminel de la junte poutiniste et enrichirait la culture russe et l’opposition politique avec des thèmes qui nous sont importants : le genre et les droits des Lesbiennes, Homosexuels, BisexuelLEs et transsexuelLEs, les problèmes de dictat de la masculinité, l’absence d’un message politique audacieux dans la musique et les arts et celui de la domination des mâles dans toutes les sphères publiques et privées.

VICE : Pourquoi « PUSSY RIOT » ?

GARADZHA : Un organe sexuel féminin, qui est supposé être passif et être un réceptacle, soudainement, devient le départ d’une rébellion radicale contre l’ordre culturel, qui essaye constamment de le définir et de lui montrer sa place appropriée. Les sexistes ont certaines idées du comment une femme devrait se comporter et Poutine, dans ce sens, a aussi de nombreuses idées sur comment les Russes devraient vivre. Lutter contre tout ça, c’est Pussy Riot.

KOT : Tu ne devrais pas répondre à cette question, Garadzha, car officiellement nous ne le faisons jamais. Quand la police et les agents du FSB (ancien KGB, police politique de Russie) nous interrogent et demandent : Qu’est ce que c’est que ces lettres anglaises sur votre banderole signifient ? (Nous mettons souvent une bannière durant nos performances illégales et presque jamais ces idiots ne connaissent et pratiquent une langue étrangère, alors souvent nous leur répondons quelque chose du genre : Oh monsieur l’agent secret, ce n’est rien de spécial, ces mots signifient ‘pussy cat rebellion’. Mais, bien sûr, c’est un énorme mensonge. En Russie tu ne dois jamais dire la vérité à un flic ou à un agent du régime de Poutine.

VICE : Quelles sont vos influences musicales ?

KOT : CertainEs d’entre nous pêchent l’inspiration des groupes de punk oï classique du début des années 80 : The Angelic Upstarts, Cockney Rejects, Sham 69 et ça agit dans le bouquet de tout cette incroyable énergie sociale amenée par cette musique, leur son traverse les décennies et provoque le trouble autour de lui. Leurs esprits capturent réellement l’essence du punk qui se doit d’être une protestation agressive.

GARADZHA : Beaucoup d’idées proviennent certainement de BIKINI KILL et des groupes de la mouvances des RIOT GRRRLS, nous développons à notre manière ce qu’elles ont fait dans les années 90, bien que dans un contexte totalement différent et avec une position exagérément politisée, ce qui entraîne l’illégalité de toutes nos performances. Nous ne donnerons jamais un concert dans un club ou tout autre espace musical. C’est un principe important pour nous.

KOT : Tobi Vail nous a contactées après avoir lu un article dans The Guardian. Elle disait qu’elle appréciait vraiment ce que nous faisions. C’était incroyable d’avoir un retour émotionnel de sa part. Et les gens de LE TIGRE apportaient leur soutien à l’action faîte sur la Place Rouge. C’était inspirant d’écouter parce que ces gens nous ont beaucoup influencé.

VICE : Quelles sont vos influences féministes majeures ?

SERAFIMA : Dans la théorie féministe ce pourrait être Simone de Beauvoir avec « le deuxième sexe », Dvorkin, Pankhurst avec ces courageuses actions « suffragistes », Firestone et ses folles théories sur la reproduction, Millett, Braidotti et ses pensées nomades, Judith Butler et ses parodies d’art.

GARADZHA : Et comme j’ai dit avant, en termes d’actions féministes musicales et d’activisme et de communauté en construction nous donnons la part belle au mouvement Riot GRRRL.

VICE : Est ce que Pussy Riot cherche de nouveaux/nouvelles membres ?

GARADZHA : Toujours ! Pussy Riot se doit de rester en perpétuelle évolution. C’est une des raisons pour laquelle nous avons choisi de toujours porter des cagoules, de nouveau membres peuvent rejoindre le groupe et pour les prochaines actions il pourra y avoir 3 ou 8 d’entre nous, comme à notre dernier concert sur la Place Rouge, ou même 15. Pussy Riot est un corps qui se bat et qui grandit.

TYURYA : Connais tu quelqu’un qui veut venir à Moscou, jouer des concerts illégaux et nous aider à combattre Poutine et les chauvinistes russes ? Ou peut-être devraient-ils/elles commencer leur propre PUSSY RIOT local si la Russie est trop éloignée ou trop froide.

VICE : Je ferais mieux alors de trouver ma cagoule fluo. Etes-vous inquiétées par l’Etat et la police du fait que votre popularité augmente ?

KOT : Nous n’avons rien à craindre de leur part car si la police répressive de Poutine jette l’une d’entre nous en prison, ce sera 5, 10, 15 filles de plus qui s’équiperont de cagoules colorées et qui continueront de se battre contre leur symbole du pouvoir.

SERAFIMA : Et aujourd’hui avec des dizaines de centaines de personnes qui investissent régulièrement les rues, l’Etat devra y réfléchir à deux fois avant d’essayer de criminaliser l’une d’entre nous et de nous enfermer. Il y a des masses de fans de PUSSY RIOT dans les manifestations en Russie.

VICE : Quelle a été la raison de choisir de rester anonymes ?

SERAFIMA : Notre but est d’interloquer des personnalités et de renverser les symboles par une protestation pure.

TYURYA : Nous changeons souvent de nom, de cagoules, de robes et de rôles dans le groupe. Des gens partent, de nouvelles personnes rejoignent le groupe et la formation de chaque performance de guérilla des PUSSY RIOT peut être entièrement différente.

VICE : Comment voyez-vous la Russie sous un nouveau règne poutiniste ?

SERAFIMA : Comment verrais tu la Libye à nouveau sous Kadhafi ? Comment verrais-tu la Corée du nord à nouveau sous Kim Jong-un, camarade de 28 ans ? Pour nous la Russie sous Poutine, à travers le leader national n’est pas différente.

TYURYA : Comme une dictature du tiers-monde avec toutes ces belles et classiques caractéristiques : une détestable économie basée sur les ressources naturelles, un incroyable niveau de corruption, une absence de justice indépendante et un dysfonctionnement du système policier.

VICE : Quelles sont vos relations avec les autres mouvements anti-gouvernementaux comme VOINA et UKRAINE’S FEMEN ?

TYURYA : VOINA est cool, nous sommes très proches, nous sommes très attachés à leur période 2007-2008 quand ils/elles ont amené au plus haut des actions vraiment dingues et symboliques comme ‘’Fuck for the heir Puppy Bear » au moment des élections présidentielles de 2008. Ils/elles ont dessiné une tête de mort au laser vert sur le parlement russe ou leur stupéfiant cérémonial mettant en avant les homosexuelLEs et les immigréEs illégaux/illégales qu’ils/elles ont offert au maire de Moscou, c’étaient de puissantes activités.

SERAFIMA : Notre opinion sur FEMEN est une histoire compliquée. D’une part, elles exploitent une rhétorique très masculine et sexiste dans leurs démonstrations, les hommes veulent voir d’agressives filles nues attaquées par la police. D’un autre côté, leur énergie et leur habilité à garder la face est terrifiante et inspirante : un jour elles sont en Suisse à escalader les barrières du Forum Economique Mondial et le jour d’après elles sont en Russie attaquant le quartier général du plus gros producteur de gaz naturel en Russie. Et même après avoir été torturées et humiliées par des agents du KGB en Biélorussie, elles jurèrent de continuer le combat et d’une manière encore plus radicale. L’énergie est vraiment importante de nos jours, les groupes de rue en Europe et aux Amérique manquent souvent de puissance, mais elles, elles l’ont vraiment.

VICE : Quel a été ton meilleur concert ?

GARADZHA : A part celui de la Place Rouge, chacune de nous a aimé celui sur le toit d’un building du centre de détention à Moscou, où une personne arrêtée 5 jours après l’élection était enfermée. Le prisonnier politique pouvait nous voir à travers les barreaux de sa cellule et il chantait et souriait quand nous chantions « Mort aux prisons ! Liberté de protester ! ». Des officiers de la prison nous ont tourné autour ne sachant quoi faire car ils n’avaient aucune idée de la façon de procéder pour nous interpeller directement sur le toit. Ils avaient l’air apeurés alors ils ont immédiatement ordonné un barrage, ils ont du penser que nous tenterions un siège du centre de rétention quand nous aurions arrêté de chanter. C’était cool.

VICE : Avez vous des plans pour monter des spectacles pendant les apparitions publiques de Medvedev ou de Poutine ?

TYURYA : Poutine est trop apeuré de faire quoi que ce soit en public, tous ces meetings publics sont férocement surveillés par les sourires et baisers meurtriers des loyalistes du kremlin. Mais un jour, nous le chasserons, c’est sûr.

SERAFIMA : Ce serait mieux pour lui qu’il se sauve avant que nous l’attrapions. Poutine ne voudra jamais rencontrer les PUSSY RIOT en face à face.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s