15.11.2014

Salle d’attente du Dr P.
Jeudi, j’ai passé la nuit aux urgences. La perfusion reste comme une image fantôme sur la rétine. Cette mauvaise sensation s’immisce le plus facilement du monde dans les états de conscience non contrôlés pré et post sommeil profond, dans les délires alités, dans les pensées qu’on laisse libres. Elle est sournoise et tenace. Cela fait moins de dix fois (pour le moment) que je suis perfusée dans ma vie, mais toutes rassemblées sur un ou deux mois. Ce qui a de quoi perturber les nuits, pas seulement les rêves. Surtout quand les perfusions elles-mêmes ont été des plus désagréables. La nuit de jeudi à vendredi, j’ai été perfusée sur le côté du poignet, en bas de la main. Un endroit qui m’a paru insolite même s’il ne l’est peut-être pas. Une chose est sûre, aucune perfusion, malgré des piqûres un peu douloureuses parfois, ne m’avait fait aussi mal du début à la fin jusqu’à maintenant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s